Jetons de l'Ancien Régime

Jetons de l'Ancien Régime

Pourquoi collectionner les jetons royaux ?




Cette question, bien des numismates se la sont posée ou se la posent encore...

 

 

Prenons un exemple simple que je connais bien : le mien !

 

Depuis tout minot et aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours collectionné avec passion. Ma première collection, initiée par un grand-père amateur de fumigènes était consacrée aux bagues de cigares, petites bandes de papier décorées de scènes exotiques qui emmenaient le gamin que j'étais vers d'autres horizons. Ce même grand-père collectionnait également les timbres et c'est tout naturellement que je récupérais ses doubles pour créer ma propre collection. J'ai également collectionné les fossiles, les minéraux; les boîtes d'allumettes, les porte-clefs publicitaires, les cartes postales et plus tardivement les monnaies.

Comme tout collectionneur, j'ai débuté avec de petits moyens, en récupérant les doubles ou les pièces rejetées par les autres collectionneurs de mon entourage. Mais, la passion s'amplifiant, il m'a très vite fallu restreindre le champ de mes ambitions ! D'abord parce que l'on ne peut pas tout garder et que plus on se disperse moins l'on approfondit un sujet, mais surtout pour des raisons financières..........et là, quoiqu'on fasse, on n'y coupe pas ! Ayant décidé de me limiter aux monnaies royales françaises, je me suis bien vite rendu compte qu'une fois acquises les pièces les plus courantes dans des états TTB ou SUP, il me devenait difficile d'aller plus loin.

C'est alors qu'il y a quelques années je suis entré par hasard dans l'univers des jetons par le biais de quelques exemplaires issus d'un petit lot acheté en brocante. La qualité de la gravure et il faut bien le dire, le prix d'acquisition plus que modique de ces quelques jetons m'avaient alors interpellé et je commençai à me documenter.

C'est en cherchant des ouvrages sur le sujet que je me suis rendu compte que la plupart des monographies sur les jetons dataient du XIXème ou du début du XXème siècle et étaient de fait introuvables ou alors à des prix prohibitifs. Depuis, la collection et l'étude des jetons semblaient avoir acquis le statut peu enviable de parent pauvre de la numismatique !

Heureusement, les temps changent et de plus en plus nombreux sont les collectionneurs et les chercheurs qui s'intéressent aux jetons. Dans un même temps, on constate que la bibliographie sur le sujet s'est largement étoffée depuis quelques années sous l'impulsion de passionnés et avec l'aide de petites maisons d'édition spécialisées, moins intéressées par la rentabilité des gros tirages que par la diffusion de la connaissance et désireuses de répondre à la demande ciblée d'un public averti.

Il suffit de se pencher sur la variété des portraits, sur le symbolisme des thèmes iconographiques et sur le soin apporté à la rédaction des légendes de revers pour se rendre compte de l'incroyable intérêt  historique autant qu'esthétique d'une telle collection. Pour exemple, pour le seul règne de Louis XIV, le plus long de l'histoire de France,  j'ai recensé sur les monnaies moins de 80 portraits différents du roi même en comptant les variantes de poinçon des différents ateliers monétaires. En comparaison, on connaît sur les jetons plus de 500 portraits différents ! Et le domaine n'ayant été qu'effleuré, il en reste certainement encore beaucoup à découvrir...

 

 

Mais il existe pour moi un intérêt supplémentaire à l'étude des jetons royaux : le jeton est plus proche de l'histoire en ce sens qu'il est non seulement le support et le véhicule de l'image du roi mais surtout qu'il permet par le biais des sujets représentés de transmettre des informations sur les événements de la vie du monarque, de la cours et du royaume (mariages, naissances, projets architecturaux, victoires militaires ou politiques, traités, etc...). De plus, le jeton n'ayant pas fait l'objet d'un monopole d'état comme c'est le cas pour la monnaie, de nombreuses collectivités pouvaient faire fabriquer des jetons à leur nom au même titre que les grands personnages du royaume. Cette demande importante favorisa l'émergence de nombre de petits ateliers artisanaux en marge des ateliers de frappe officiels. Ajoutons à cela les nombreux jetons banalisés imités des séries officielles et les productions étrangères (principalement en provenance de Nuremberg) qui inondèrent le royaume, et vous comprendrez aisément la complexité et l'intérêt de ce domaine d'étude.

 

Voilà donc comment et pourquoi je me suis lancé dans l'aventure ! Et c'en est bien une...

Depuis, chaque jeton découvert me fait entrevoir l'histoire de France par le petit bout de la lorgnette et plus j'en sais, plus je veux en apprendre ! C'est donc tout naturellement que m'est venue l'idée de partager ma passion à travers ce site.

Et ma seule ambition en créant ce blog est d'en faire un lieu d'échanges entre collectionneurs, amateurs et curieux de tout poil.

 



12/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres