Jetons de l'Ancien Régime

Jetons de l'Ancien Régime

 

    Collectionneurs, simples curieux, bienvenus ! 

 

 

 

L'objet de ce blog est de vous faire découvrir le monde foisonnant des jetons royaux à travers les plus beaux et les plus intéressants spécimens de ma modeste collection et de vous permettre d'identifier et pourquoi pas de présenter vos propres jetons.

 

 * * * * *



 Derniers jetons publiés:

 

 

 

- 24 octobre : un jeton aux écus accolés pour Henri IV.


- 23 juin : un jeton en argent des greffiers du Châtelet (catégorie "inclassables").


- 3 juin : un jeton de la municipalité de Paris pour le règne de Henri III (coll. E.Capoe).


- 2 mai  un jeton au monogramme de Charles IX (coll.Alain89).


- 16 avril : un jeton au nom de Philibert Baudot, maire de Dijon pour le règne de Louis XV.


- 14 avril : un jeton de l'Argenterie du roi pour le règne de Henri III.

                   un jeton de Louis XV pour la Chambre aux deniers.


- 8 avril  un jeton au nom de Jean Eslye, maire d'Angers pour le règne de Louis XIV.


- 6 avril : un jeton au nom d'Eric de Lorraine, évêque de Verdun pour le règne de Henri IV.

                 un jeton au buste adolescent de Louis XIV.

                 un rare jeton au nom de Guillaume Le Maçon, maître des monnaies pour le règne de Charles VIII (col.mlk).


- 5 avril : un rare jeton de Louis XV pour la corporation des maréchaux-ferrants.


- 4 avril : un jeton des Bâtiments du roi sous Louis XIV commémorant la remise en service du pavillon de la samaritaine.


- 26 mars : un très beau jeton à la salamandre pour la Chambre des comptes de Dijon sous François Ier.


-* 29 février : un jeton au buste âgé de Louis XIV commémorant la prise de Montmédy.

 

 

 

 


La question que l'on me pose le plus concernant les jetons, est :


" à quoi ça servait ? ".



Voici donc une petite explication très brève sur le rôle des jetons du moyen âge à la révolution...


Disons pour simplifier que les jetons servaient avant tout à compter à l'époque ou on utilisait les chiffres romains . Ce rôle est resté primordial jusqu'à la renaissance mais certaines administrations royales ont utilisé les chiffres romains jusqu'à la révolution...(eh oui, les administrations ont toujours été à la pointe du progrès...).

Les premiers types de jetons de compte étaient en général des imitations de types monétaires prestigieux (souvent des monnaies d'or) et portaient assez souvent des légendes claires pour éviter que des malandrins ne les fassent passer pour des monnaies (n'oublions pas que le bronze et le laiton ont la couleur de l'or à l'état neuf...). Ces légendes sont du genre " je suis de laiton " avec toutes les variantes possibles.

Petit à petit, les administrations mais aussi les communes ou les nobles vont personnaliser leurs jetons de compte en y apposant des armoiries ou des devises reconnaissables par tous. Et à partir du XVIème siècle, on voit apparaître des jetons commémoratifs ou de propagande ornés du portrait royal (le premier jeton portant le portrait du roi est un jeton de sacre de François II) dont le rôle principal était d'une part de véhiculer l'image royale et d'autre part de transmettre des informations sur les moments importants de la vie du royaume : mariages, sacres, naissances à la cours ; mais aussi tous les événements importants de la vie civile ou militaire : aménagements du territoire, traités de paix, conquêtes, etc...

Des jetons commémorant la mise en service d'un bâtiment ou d'un monument pouvaient par exemple être offerts aux personnes qui avaient participé à la réalisation du projet ; lors des mariages royaux ou des sacres, des jetons étaient lancés à la foule en liesse, etc...

Dès lors, le choix des scènes représentées sur les jetons ainsi que celui des légendes acquit une telle importance, qu'une académie fut créée spécialement à cet effet en 1663, à l’initiative de Colbert. Fondée sous le nom d’Académie des inscriptions et médailles , elle deviendra en 1683 l'Académie des belles lettres que l'on connaît aujourd'hui.

Bien sûr, une fois cette mutation amorcée pour les jetons du domaine royal et des administrations, les nobles, les communes et les corporations ont tout naturellement suivi le mouvement.

Tout cela est évidemment beaucoup plus complexe et les jetons ont pendant longtemps cumulé plusieurs fonctions dans la société (jetons de compte, de présence, de divination, monnaie de substitution, gratification, jetons de jeu, etc...)

Concernant la façon de compter avec des jetons, la méthode est très semblable à celle du boulier : un tableau est dessiné sur une table (le comptoir) ou sur une toile de bure (le bureau) ; ce tableau comportait une ligne pour chaque chiffre (I, V, X, L, C, D, M, ...) et le comptable y déposait les jetons (à l'époque on "jetait"...d'où le terme " gectoir " qui deviendra " jeton ") d'après l'opération énoncée par un assistant (de là vient l'expression " auditeur à la cour des comptes "...).
L'opération était résolue en faisant passer les jetons d'une ligne à l'autre.

Les additions ne posaient pas de gros problèmes avec cette méthode ; les soustractions étaient déjà plus compliquées bien qu'il suffisait d'enlever des jetons au lieu d'en ajouter, mais dès qu'on s'attaquait aux divisions et multiplications..................c'était une toute autre histoire !

Pour en saisir la difficulté, il suffit de se rappeler qu'à l'époque de Louis XIV, la division ne s'apprenait qu'en dernière année à la Sorbonne !


Bien que le sujet mériterait un article bien plus approfondi (c'est prévu), j'espère que ce petit résumé vous éclairera sur la fonction de ces rondelles passionnantes et vous donnera envie de vous y intéresser...

 

Après tout, chacun de ces jetons même les plus insignifiants nous ouvrent les portes de l'histoire !

 


 

 

 

 

Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser